Post-production dans la création d'œuvres graphiques d'art

Post-production dans la création d'œuvres graphiques d'art

  • Artetrama

Comme vous pouvez le voir dans la section "L'œuvre graphique" de ce site web et comme nous l'avons déjà évoqué dans notre précédent article "Tout ce que vous devez savoir lorsque vous achetez des estampes d'art", il existe de nombreuses techniques d'impression par lesquelles les artistes créent leurs éditions limitées. On peut avoir la sérigraphie, la gravure, la lithographie, la gliclée... mais parfois on peut trouver dans la description d'une oeuvre certaines informations qui, si elles ne sont pas bien connues dans cette discipline de l'art, peuvent être déconcertantes. Cet article se propose d'approfondir les techniques utilisées par les artistes pour compléter leurs œuvres d'art graphique et leur conférer ainsi une exclusivité et un caractère. Nous répondrons à des questions telles que: Qu'est-ce que cela signifie qu'une sérigraphie est finie à la main? Qu'est-ce que le vernis UV? Que voulons-nous dire quand nous disons qu'une sérigraphie comporte une couche supplémentaire?

Mais d'abord, passons brièvement en revue les techniques d'impression les plus courantes dans les œuvres graphiques:

La sérigraphie: Cette technique d'origine ancienne et popularisée par le Pop Art, consiste à placer une maille sur un support qui empêche le passage de l'encre dans les zones où il ne devrait pas y avoir d'image. Si ce procédé est répété x fois avec des couleurs différentes, on obtient alors une image avec x couches de couleur. Par exemple, les sérigraphies Marilyn d'Andy Warhol publiées par Sunday B. Morning ont 5 couches de couleur, une pour le fond et les paupières, une autre pour les cheveux, une autre pour les ombres, les sourcils et les lèvres, une pour le visage et une autre pour les lèvres et le cou. Certains artistes comme Beejoir peuvent utiliser jusqu'à 70 couches pour créer une œuvre, comme on peut le voir dans son œuvre Imodium 70.

Gravure: L'artiste dessine sur la surface de la plaque de gravure à l'endroit où il veut que l'image soit. En appliquant de l'encre sur la surface, elle sera logée sur tous les espaces restants, et en pressant la plaque sur le support, nous obtenons l'image. En fonction du matériau utilisé pour la plaque (bois, métal, pierre ....) et de la manière dont l'artiste la grave (directement, par exemple avec un poinçon, ou indirectement avec des produits qui corrodent la surface), nous parlerons de différents supports, tels que l'aquatinte, la gravure à l'eau-forte, la linogravure, la gravure sur bois ... Certains maîtres dans l'utilisation de ces techniques sont les artistes Antoni Tàpies ou Antoni Clavé.

Lithographie : L'artiste travaille ici sur une plaque de calcaire. Il crée l'image en utilisant une matière grasse et humidifie ensuite la pierre. L'étape suivante consiste à ajouter à travers la surface une encre également grasse. Attirée par la matière grasse et repoussée par l'eau, l'encre va créer l'image et, une fois que la pierre est pressée sur le support, ce dernier va absorber l'encre. Pour chaque couleur, une plaque différente sera réalisée. Bien que cette technique puisse être considérée comme une technique de gravure, la différence est que le support imprimé n'a pas de reliefs car la plaque n'est pas sculptée mais dessinée par-dessus.

Giclée: Ce terme est utilisé pour les impressions numériques réalisées avec des imprimantes à jet d'encre de haute qualité et utilisées pour la création artistique. Ce terme a été créé dans l'intention de distinguer ces impressions à but artistique des impressions Iris ordinaires, de coupe industrielle mais réalisées avec les mêmes imprimantes (imprimantes Kodak Iris).

Dans Artetrama, nous nous efforçons de donner toutes les informations dont nous disposons sur les œuvres que nous fournissons. Ainsi, nous pouvons trouver des descriptions comme "Sérigraphie à la main embellie par de la peinture en aérosol sur du papier d'archives". Lorsque nous indiquons qu'une œuvre est illuminée, embellie, retouchée ou finie à la main par l'artiste, nous voulons dire que l'œuvre en question est une estampe créée à l'aide d'une des techniques mentionnées ci-dessus, et qu'elle comporte également un travail manuel ajouté par l'artiste. Cette retouche ou finition peut être effectuée à l'aide d'encre, d'acrylique, de spray ou de tout autre matériau n'ayant pas fait partie du processus d'impression. Les œuvres qui présentent ce type de finition ont un attrait particulier pour les collectionneurs car, en raison de ce travail manuel, chacune est différente des autres, ce qui lui donne un caractère unique.

Des artistes contemporains tels que Josep Guinovart retouchent à la main certaines de leurs œuvres, comme les gravures de la série Imatges i terra, qui sont finies à la main à l'acrylique. D'autres, comme Steve Kaufman, ont utilisé de l'huile pour embellir leurs sérigraphies et certains, comme Elvis II, ont également des paillettes sur le fond, ce qui lui donne un éclat saisissant et fait clairement allusion au style du chanteur représenté.

Martin Whatson utilise souvent des marqueurs et de la peinture en aérosol pour donner une touche de couleur à ses sérigraphies (on peut en voir un exemple dans ses œuvres Climber ou Zebra. Pure Evil utilise des encres Poska et Krink ou de la peinture en spray pour ses éditions "finies à la main" qui sont si uniques qu'il les numérote chacune 1/1. D'autres artistes comme Mr. Brainwash ou Nick Walker utilisent de la peinture en spray pour finir leurs œuvres mais le font à travers un pochoir, c'est une couche coupée à travers laquelle passe la peinture en spray. Roamcouch, véritable maître en matière de création de pochoirs, termine certaines de ses éditions limitées avec des encres nacrées qui donnent à son travail un éclat très particulier. On en trouve un exemple dans l'ouvrage Rainbow Inc. (édition sépia AP).

En ce qui concerne l'artiste Antoni Clavé, certaines descriptions de ses œuvres présentées sur notre site web mentionnent le carborundum ou le gaufrage. Comme nous l'avons évoqué dans notre article "Tout ce qu'il faut savoir pour acheter des estampes d'art", le carborundum est une technique de gravure où un matériau, en particulier de la poudre de carbure de silicium, est ajouté à la plaque sur laquelle l'image a été capturée. Cela donne la texture et la forme de l'œuvre finale. Cependant, le gaufrage vise simplement à donner du relief à l'œuvre par une plaque dont la morsure est plus profonde et qui peut ou non être encrée ou par l'incorporation d'objets sur le papier de sorte qu'une fois pressée, elle crée une image en relief. Certains artistes urbains comme Martin Whatson, Eelus ou Sandra Chevrier utilisent cette technique pour apposer leur signature, en plus de celle écrite à la main.

Dans le cas de la sérigraphie, dans certains ouvrages comme "Choose your weapon" de Lora Zombie, ou "Nubian princess" de Hush, on parle d'une "couche supplémentaire". Cette couche supplémentaire est la dernière à être imprimée sur l'œuvre et est généralement imprimée avec un matériau différent de celui des encres utilisées pour créer les couches précédentes. Dans le cas de "Choose your weapon", l'artiste utilise une feuille rouge (voir photos détaillées), tandis que Hush donne la touche finale à son travail avec une couche de vernis UV.

Le vernis UV est utilisé par de nombreux artistes pour donner des effets mats ou brillants à leurs œuvres. Il est non corrosif et résistant à l'abrasion. Appliqué à la technique de la sérigraphie, une couche de ce vernis peut recouvrir tout ou partie de l'œuvre, comme s'il s'agissait d'une couche de peinture. Takashi Murakami utilise ce matériau dans certaines de ses œuvres pour leur donner une grande brillance. Un exemple de ce résultat peut être Who's afraid of red, yellow, blue and death.

Pour d'autres œuvres de cet artiste, nous décrivons le support comme une "lithographie offset à l'argent", ce qui signifie que l'œuvre est imprimée avec une couche d'argent pour donner l'image d'un effet métallique. Il est également assez courant de trouver une autre particularité dans certaines œuvres de Takashi Murakami: que signifie une "lithographie offset avec estampage à chaud"? Et avec estampage à froid? Les deux font référence aux températures que les matériaux utilisés atteignent pendant le processus d'impression. Les deux finitions sont différentes. Pour Murakami, avec l'estampage à chaud, il obtient des effets nacrés et avec l'estampage à froid, il obtient des couleurs brillantes car, dans de nombreux cas, ce procédé implique également l'utilisation de vernis UV.

Comme on peut le voir, le travail graphique est une discipline complexe. L'artiste peut utiliser de multiples supports, outils et procédures pour créer et ajouter à ses œuvres différentes finitions. En fonction de l'objectif de l'œuvre, du style et des intentions de l'artiste, nous trouvons différents supports, matériaux et embellissements qui rendent la collection de tirages d'art passionnante.

Loading...